claudie lesoudard

ÉTUDIANTE EN DESIGN DE COMMUNICATION

PHOTOGRAPHIE

la jumpologie

Je suis passionnée de photographie et plus particulièrement du photographe Philippe Halsman. Il a notamment créé la Jumpologie est un procédé qui consiste à prendre en photo son modèle en train de sauter.

A travers ce projet, j’ai souhaité expérimenter un genre photographique en utilisant un appareil photo numérique Canon EOS 50D pour en réaliser un book photo.

les débuts de la jumpologie

L’histoire de la Jumpologie remonte à une séance photo avec la famille Ford, qui s’est avéré chaotique, une idée folle lui ai passé par la tête : prendre une dernière photo de Mme Ford en train de sauter. La photo fût réussi et alors lui ai venu l’irrésistible envie de prendre un cliché de chacunes des personnalités de ses séances photos en train de s’élancer dans les airs. En observant ses sujets, Philippe Halsman a eu une révélation : lorsqu’il prenait en photo une personne, la vraie nature du modèle se révélait alors qu’il est dans les airs. Les masques et les étiquettes tombaient et c’est ce qui fait de ces photos une réussite.

mon adaptation

Fascinée par la théorie du photographe, j’ai souhaité́ moi aussi tester ce procédé photographique. Alors lorsque je sors avec mes amis ou ma famille, je prends mon appareil photo et demande à mes modèles de sauter de la façon la plus naturelle possible. Pour chacune de mes photos, j’essaie de trouver un décor urbains ou un décor de nature ou alors un décor qui reflète la personnalité du sujet.
Le résultat est flagrant : les sujets rayonnent de bonheur sur les clichés. Les photos montrent leur vrai visage, ils sont naturels et souriants. Bien qu’ils soient en pleine extension, ils semblent complètement détendus et parfois ils semblent même comme en lévitation, voire posés.

ma théorie

En visionnant les résultats de mes séances photos je me suis vraiment rendu compte de la puissance qu’avait ces sauts sur mes sujets : avant de sauter, les sujets semblent concentrés, distants, parfois effrayés par la caméra alors que pendant le saut, ils sont libres, tel l’a dit Philippe Halsman. Cependant, le plus frappant dans cet ensemble de clichés est sans aucun doute l’euphorie que provoque la redescente du saut. Lorsque les pieds du modèle retrouvent enfin le sol, un large sourire, parfois même des rires, gagnent le visage de celui-ci.

> retour au portfolio